CHRISTIAAN ZWANIKKEN / SCROCHED EARTH

PAYS-BAS

FR
Scorched Earth est un paysage interactif post-apocalyptique, composé de métaux et de minerais, extraits d’une mine de cuivre toxique et abandonnée. Plus de deux cents petites machines électromécaniques animées par des micro-contrôleurs, provoquent les vibrations saccadées du paysage ; ces machines réagissent à la présence du visiteur. Des éléments électromécaniques sont également dissimulés comme des mines.
Avec ce travail Christiaan Zwanikken propose un point de vue sur la puissance qui semble principalement incomber à ceux qui possèdent la technologie la plus puissante : les armes, le pétrole, les secteurs financiers et pharmaceutiques, et les médias. D’autres sont autorisés à avoir quelques fragments dérisoires de ces technologies à leur disposition, en échange de leur silence.
En immersion dans l’installation, le spectateur fait un bond dans le temps, vers un futur proche. Dans ce scénario, toutes les formes de faune et de flore sont éteintes et pour empêcher la planète de s’effondrer totalement, le reste des animaux et des machines ont été assemblées en une unité qui peuple le monde. Ces animaux artificiels fonctionnent comme des êtres autonomes ils sont intelligents et incontrôlables. Il y a parfois des accrocs dans les micro-processeurs ou les robots. SI c’est le cas, leurs dépouilles mortelles
sont réutilisées pour de nouvelles machines. Et la race humaine? Il n’y a plus aucune trace d’elle dans le monde futuriste de Zwanikken. L’espèce humaine n’est qu’un souvenir.
Un autre scénario (plus optimiste) est également possible : les hommes, les animaux, les machines et leurs formes hybrides coexistent en symbiose côte à côte dans un monde où la guerre et la maladie ont depuis longtemps été bannies. Technique et nature se complètent mutuellement et tirent profit l’une de l’autre. Il n’y a aucune trace de rivalité ; nous pouvons aller jusqu’à dire que grâce à cette coopération l’écosystème de la terre a été sauvé au dernier moment. Quel que soit le scénario choisi, l’installation de Zwanikken stimule l’imaginaire. La biotechnologie est présente de manière évidente et le corps est devenu une technologie. Ou est-ce l’inverse ? Chaque jour, nous travaillons avec des machines, l’intelligence humaine et le corps sont au service de ces équipements. De plus, nous utilisons les capacités des machines pour compenser nos propres insuffisances. Nous avons des téléphones mobiles, télécommandes et ordinateurs portables avec nous si souvent que la vie sans ces appareils est devenue impensable.
Les installations de Christiaan Zwanikken partent de la nature. Il intègre les restes d’animaux et d’autres matières organiques dans les sculptures cinétiques et les machines ce qui leur procure un souffle nouveau, une renaissance.
Ses installations sont caractérisées par un degré d’anthropomorphisme, un lien entre la matière inerte et le vivant. En règle générale, elles examinent et critiquent le comportement humain ou animal.

UK
Scorched Earth is a post-apocalyptic, interactive landscape comprised of metals and ores from a toxic, abandoned copper mine. More than two-hundred small electromechanical machines, operated by micro-controllers, cause the landscape to move and vibrate in a staccato manner as the little machines react to the presence of the visitor. Electromechanical elements are also concealed in the landscape, which go off unexpectedly as if they were fully armed land mines. With this work Zwanikken offers his commentary on the might that seems to principally lie with those who possess the most powerful technology: the weapons, oil, financial and pharmaceutical industries, and the media. Others are allowed to have some paltry fragments of these technologies at their disposal, to keep them quiet. Surrounded by the installation, the visitor gets the feeling of having taken a jump forward in time, to a not too distant future. In this scenario all forms of flora and fauna are extinct, and to prevent the planet from collapsing totally, the remains of animals and machines
have been assembled into units that populate the world. These artificial animals function as autonomous beings; they are intelligent, and are not amenable to control. Sometimes there are hitches in the micro-processors or individual robots wiped out. In such cases their remains are reused for new machines. And the human race? There is no trace of them to be found in Zwanikken’s futuristic world.
Human beings exist yet only as a memory. An alternative (and more positive) scenario is also possible: here men, animals, machines and their hybrid forms exist peacefully and symbiotically alongside one another in a world from which war and illness have long since been banished. Technology and nature complement each other and profit from one another. There is no trace of rivalry; to put it even more strongly, thanks to this cooperation the earth’s ecosystem was saved at the last moment.
Irrespective of the scenario chosen, Zwanikken’s installation sparks the imagination. Biotechnology is made manifest and the body has become technological. Or is it the other way around? Every day we work with machines, and human intelligence and the body are in the service of that equipment. On the other hand, we use the capacities of machines to compensate for our own shortcomings. We have prostheses like mobile telephones, remote controls and laptops with us so often that life without these appliances has become
unthinkable.
Zwanikken’s installations and mechanical constructions have their origins in nature. He incorporates animal remains and other organic material into the kinetic sculptures and machines with which he ‘breathes new life’ into the material. His installations are characterized by a degree of anthropomorphism, and he makes a connection between the lifeless material and the living world. As a rule his installations demonstrate human or animal conduct and thus serve as a handle for investigating and critiquing nature and behaviour.

présenté au NIMK (Amsterdam)
et Tinguely museum

Publicités

Publié le 27 mai 2011, dans Installation. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :